Five senses - Part 1/5 SightLeaving Purgatory has nothing to do with what Dean expected.To be honest, the exit was a purpose in his own right, once more, just another aim to manage his whole life.Protect Sammy. Find Dad. Kill the yellow eyed bastard. Stop the Apocalypse. Kill Dick. Leaving Purgatory.And then ? And then he must find another way to survive.And once more, the happily ever after is more difficult than the road that took him there.He nearly convinces himself that all will be ok the first hours. That is, until the sun rises in all its glory, backing Dean to curl up in the woods, one arm on his eyes to protect them from the blunt light.Everything is too bright. The blue of the sky, the green of the grass… even the asphalt on the road is too black and shiny. After one year living between night and dusk where you can only see dark tones and where every moving shadows is an alarm from predators, Dean feels like a target in the middle of all these pretty colors.How can he blend in his surroundings ? Even if he know that before the Purgatory - only one year ago ? without any marker, time is the strangest thing - he knew how to do it, it’s difficult not feeling the dread, as real as his irritated eyes.Fortunately, everything is different in good ways too : he is not hunted. People seems too naturally stay away from him. Dean knows that should bother him… but for now, he will just take it like an overdue break.***La vueSortir du purgatoire ne ressemble en rien à ce que Dean imaginait.Même si, pour être honnête, la sortie était un but en soit, un de plus, un de ceux qui a régi toute sa vie. Protéger Sammy. Retrouver Papa. Tuer le démon aux yeux jaunes. Arrêter l’Apocalypse. Tuer Dick. Sortir du Purgatoire.Et ensuite ? Et bien ensuite, à lui de se débrouiller pour y survivre.Et une fois de plus, il a l’impression que c’est le “Après” qui est bien plus difficile à supporter que la quête en elle-même.Pendant les premières heures, il a presque l’impression que tout va bien se passer. Jusqu’à ce que le soleil se lève dans toute sa splendeur, poussant Dean à se recroqueviller dans les sous-bois, l’avant-bras replié sur les yeux pour le protéger de la lumière crue.Tout est trop brillant, trop vif. Le bleu du ciel, le vert de l’herbe, la couleur fanée des carrosseries des quelques voitures qu’il devine sur la route… même le goudron noir qui recouvre la route est trop noir, trop brillant. Après un an passé entre l’alternance de la nuit et d’un clair obscur qui ne laisse deviner que les nuances les plus sombres, à apprendre à décrypter la moindre nuance de couleurs pour survivre, Dean se sent comme une cible mouvante au milieu de ces couleurs trop tranchantes.Comment s’y dissimuler ? Il a beau tenter de se convaincre qu’il a sut le faire autrefois - il y a seulement un an ? le temps est une notion étrange quand on est enfermé dans un lieu sans point de repère et sans temps mort pour se prendre la tête - difficile de rejeter l’angoisse permanente, aussi présente que l’irritation de ses yeux trop sensibles.Heureusement pour lui, tout est différent du purgatoire ici : au lieu d’être poursuivi, les gens s’éloignent naturellement de lui. Dean a bien conscience qu’il devrait en être en dérangé mais… pour le moment, il le prendra juste comme un répit.

Five senses - Part 1/5 

Sight

Leaving Purgatory has nothing to do with what Dean expected.
To be honest, the exit was a purpose in his own right, once more, just another aim to manage his whole life.
Protect Sammy. Find Dad. Kill the yellow eyed bastard. Stop the Apocalypse. Kill Dick. Leaving Purgatory.
And then ? And then he must find another way to survive.

And once more, the happily ever after is more difficult than the road that took him there.

He nearly convinces himself that all will be ok the first hours. That is, until the sun rises in all its glory, backing Dean to curl up in the woods, one arm on his eyes to protect them from the blunt light.
Everything is too bright. The blue of the sky, the green of the grass… even the asphalt on the road is too black and shiny. After one year living between night and dusk where you can only see dark tones and where every moving shadows is an alarm from predators, Dean feels like a target in the middle of all these pretty colors.

How can he blend in his surroundings ? Even if he know that before the Purgatory - only one year ago ? without any marker, time is the strangest thing - he knew how to do it, it’s difficult not feeling the dread, as real as his irritated eyes.

Fortunately, everything is different in good ways too : he is not hunted. People seems too naturally stay away from him. Dean knows that should bother him… but for now, he will just take it like an overdue break.

***

La vue

Sortir du purgatoire ne ressemble en rien à ce que Dean imaginait.
Même si, pour être honnête, la sortie était un but en soit, un de plus, un de ceux qui a régi toute sa vie. Protéger Sammy. Retrouver Papa. Tuer le démon aux yeux jaunes. Arrêter l’Apocalypse. Tuer Dick. Sortir du Purgatoire.
Et ensuite ? Et bien ensuite, à lui de se débrouiller pour y survivre.

Et une fois de plus, il a l’impression que c’est le “Après” qui est bien plus difficile à supporter que la quête en elle-même.

Pendant les premières heures, il a presque l’impression que tout va bien se passer. Jusqu’à ce que le soleil se lève dans toute sa splendeur, poussant Dean à se recroqueviller dans les sous-bois, l’avant-bras replié sur les yeux pour le protéger de la lumière crue.
Tout est trop brillant, trop vif. Le bleu du ciel, le vert de l’herbe, la couleur fanée des carrosseries des quelques voitures qu’il devine sur la route… même le goudron noir qui recouvre la route est trop noir, trop brillant. Après un an passé entre l’alternance de la nuit et d’un clair obscur qui ne laisse deviner que les nuances les plus sombres, à apprendre à décrypter la moindre nuance de couleurs pour survivre, Dean se sent comme une cible mouvante au milieu de ces couleurs trop tranchantes.

Comment s’y dissimuler ? Il a beau tenter de se convaincre qu’il a sut le faire autrefois - il y a seulement un an ? le temps est une notion étrange quand on est enfermé dans un lieu sans point de repère et sans temps mort pour se prendre la tête - difficile de rejeter l’angoisse permanente, aussi présente que l’irritation de ses yeux trop sensibles.

Heureusement pour lui, tout est différent du purgatoire ici : au lieu d’être poursuivi, les gens s’éloignent naturellement de lui. Dean a bien conscience qu’il devrait en être en dérangé mais… pour le moment, il le prendra juste comme un répit.

  1. supernaturalnyart reblogged this from momijigari
  2. universitydeanwinchester reblogged this from jenackless
  3. jenackless reblogged this from momijigari
  4. dreamwinchester reblogged this from deaninside
  5. the-dreaming-anon reblogged this from deaninside
  6. deaninside reblogged this from momijigari
  7. momijigari posted this